Chapitre 8

Quand la nuit tombe

Il y eu un choc, et une exclamation.

- SUUUUUPEEER !!!

Chopper rouvrit les yeux, trop heureux de voir entre lui et Lopper, Franky, protecteur. Il balbutia :

- Franky, mais… Comment tu…

- C'est simple, répondit-il avec gravité J'ai suivi les traces de sang.

Chopper sursauta. Avec tout ça, il avait oublié Luffy. Il se releva précipitamment et vérifia la blessure. Il ne put retenir un soupir de soulagement en voyant que, malgré l'envolée, le bandage avait tenu bon.

- Franky, tu peux t'occuper de Luffy. Je ne peux rien faire de plus pour lui, à part m'occuper de ma propre copie.

L'interpellé acquiesça et passa le bras valide son capitaine autour de ses épaules. Il était toujours inconscient. Franky ne put s'empêcher de s'inquiéter en entendant à peine son souffle. Alors qu'il allait en faire part à Chopper, il se retint, pour ne pas déconcentrer le petit renne. Ce dernier avait une bille jaune entre les sabots. Il la porta à sa bouche.

- RUMBLE !!

Et son propre combat commença. Chopper ne laissa pas le temps à son adversaire de riposter, il fonça vers lui.

- HORN POINT !

D'un puissant coup de tête, il l'envoya à son tour en l'air grâce à ses magnifiques ramures.

- JUMPING POINT !

Il sauta très haut, rejoignant son adversaire en l'air. Et changea de nouveau de forme.

- ARM POINT : ROSEO CROSS !!!

Un puissant coup éclata Lopper, l'enfonçant dans un des arbres. Il cracha du sang, et essaya de se dégager. Mais Chopper ne lui laissa pas le temps de faire quoi que se soit.

- ROSEO MIDCHIGERI !!

Chopper acheva son clone par de nombreux coups, porté sans hésitation aux points vitaux que tout docteur se devait de connaitre. Il y alla avec tellement de cœur qu'il détruisit l'arbre. Il eut une surprise en voyant Lopper devenir transparent, et disparaitre comme de la fumée. Il reprit sa forme habituelle de peluche (BRAIN POINT) avant de se retourner vers Franky, qui s'était approché. Avec un grand sourire, ce dernier complimenta le jeune pirate pour ce combat.

- Et bien ! Ça, c'était vite expédié ! Bravo, je crois bien que c'était encore plus rapide que moi !

Un sourire s'étala sur son visage, et il se mit à danser, gêné.

- Mais ! Je n'accepte pas les compliments, sale humain !

- Bah, je ne suis plus complètement humain, tu sais ?

- Ah, oui.

- Autre chose, Chopper. T'es sûr que tu ne peux plus rien faire, il a pourtant l'air en mauvais état.

Franky avait désigné Luffy, toujours immobile, et pâle comme la mort. Seule sa respiration sifflante pouvait rassurer ses amis sur son état. Et encore. Chopper, démuni, répondit douloureusement.

- Malheureusement, c'est vrai. Je ne pouvais pas faire plus pour lui que de détruire ce qui lui vole son énergie. Depuis le début des combats, son état n'a pas arrêté d'empirer. Je… Je ne sais pas quoi faire d'autre. Je ne peux rien faire d'autre…

Franky hocha la tête, compréhensif. Il comprenait que l'impuissance du docteur lui était… Insupportable. Il soupira.

- Bon, il ne reste plus qu'à retourner sur cette place. Et attendre les autres.

Ils se mirent en route.


Rosin s'approchait lentement, tel un fauve, de sa proie. Robin se tenait devant elle, adossée à un mur, dans une des habitations de cette pseudo-cité. Robin était entrée d'elle-même dans ce lieu clos, en voulant éviter un bras qui l'aurait projetée en l'air. Elle était maintenant prise au piège. Rosin se plaça sur le pas de la porte, prête à fuir au moindre signe d'agression. Elle croisa doucement, lentement ses bras, paumes vers le ciel. Mais elle n'avait pas fini de se mettre en position que Robin sauta sur le côté et s'engouffra dans la brèche. Sans qu'aucunes expressions ne viennent troubler son regard, Rosin se prépara à la suivre. Mais plusieurs bruits sourds se firent entendre, et elle eut l'impression que sa vision se troublait. Cependant ce n'était pas sa vision, c'était bel et bien le mur d'en face qui s'écroulait sur elle. Elle se retourna complètement en direction de la porte, s'apprêtant à sauter pour échapper aux chutes de pierres. Mais elle n'eu que le temps de lever les yeux et de remarquer que le plafond s'effondrait aussi sur elle.

Robin, après s'être précipitée dans la pièce avait en vitesse fragilisé le mur contre lequel elle était adossée. Enlevant simplement quelques pierres maîtresses, et mémorisant les emplacements des autres, son piège était en place. Et après s'être réfugiée dans la pièce juxtaposée, elle l'avait déclenché, et fait apparaitre un mur de bras qui avaient fini de détruire la pièce où se trouvait Rosin. Seulement, le toit de sa pièce avait lui aussi créé un éboulement. Elle n'eut la vie sauve que grâce à son réflexe qui la fit sauter par la porte. Alors qu'elle était sur le sol, elle sentait ses bras à l'intérieur se briser, lui causant une douleur intolérable. Elle le savait, ce plan serait douloureux. Et c'était le moyen le plus sûr d'en finir. Et puis, ses bras ne se cassaient pas réellement, et bientôt, cette douleur ne serait qu'un souvenir. Mais en attendant, elle serrait les dents pour ne pas hurler tandis que les dernières pierres tombaient. Alors que le silence revenait, elle essayait de reprendre son souffle et de se relever, tremblante. Si jamais son adversaire s'en était sortie, elle ne devait rester dans une position si vulnérable. Elle attendit, tendue, que la poussière retombe.

Doucement, tout doucement…


Brook avait tourné en rond, sautant de toit en toit. Il avait fini par se retrouver sur le lieu du combat de Franky et son jumeau. Il avait alors aperçu les trous causé par les boulets de notre cyborg. Mais plus que ces trous, ce qui en résultait l'avait interpellé. Il se dépêcha de ramasser ce qui l'intéressait, ce qui l'avait inspiré. Des pierres. Il se retourna et les lança en l'air. Sans attendre, Brook se saisit de la lame et propulsa rapidement les cailloux vers son adversaire. Grook n'avait pas encore atterrit que les projectiles lui arrivèrent dessus. Il essaya vainement de se protéger pendant que Brook se préparait mentalement à la suite. Il avança calment vers son adversaire qui se remettait à peine de cette lapidation, et passa derrière sans être inquiété, sans en avoir l'air. Puis, alors que Grook restait figé, il rangea sa lame avec une lenteur calculée.

- HANAUTA SEN CHO…

Son épée claqua dans son fourreau

-YAHAZU GIRI !!

Il entendit sans surprise et avec plaisir les os de son adversaire se briser. Il attendait une occasion pour lancer son attaque. Mais il était bien trop rapide. Il l'aurait esquivé. Il fallait donc trouver un moyen de faire diversion. Heureux et fier de lui, il se retourna. Il eut alors un coup au cœur, même s'il n'en avait plus. Son clone était en train de devenir transparent et fini par s'évanouir en fumée. Comme un…

- F-F-FANTÔME !!!

Et il s'évanouit à son tour.


Sanji était à genoux. Il regardait sans y croire le lieu du féroce combat, où il ne restait plus que des cendres ou des impacts d'éclairs. Mais personne en vie. Ni Nani-san, ni Nami-san. Il s'était pourtant précipité après avoir entendu son cri, et comme il n'était pas loin, il était arrivé rapidement. Mais il n'y avait plus rien. S'étaient-elles entretuées ? Non, c'était inimaginable que Nami perde un combat se basant sur le climat. Il avait facilement reconnu le grondement dû aux éclairs qu'elles étaient capable d'invoquer. Ce n'était donc pas sur de la force pure que s'était basé ce combat.

Rien à faire, toutes ses objections, ses raisonnements, ses hypothèses étaient refoulées par la vérité, qui était devant lui. Personne. Il n'y avait plus personne. Il se sentait étrangement vide. Puis ces mains sur ses genoux se serrèrent jusqu'à ce que ses jointures blanchissent. Il baissa la tête, une expression de souffrance extrême sur le visage. Il luttait pour ne pas hurler, pour ne pas-

- Sanji-kun ?

Son cœur se remit à battre alors qu'il entendait cette voix, sa voix. Elle venait de devant, pourtant… Mais il n'y avait personne. Une illusion de son esprit tourmenté ? Il refusait d'y croire.

- Nami-san ? Tu… Tu vas bien ?

Un silence. Qui ne dura pas plus d'une seconde. Qui s'éternisa pour le cuisinier.

- Ça va, oui. Un peu secouée, c'est tout !

Soudain, elle était devant lui, apparue tel un ange venu des cieux pour apaiser sa douleur. Elle souriait, et avait quelques égratignures dûes aux chutes pour éviter ses attaques, mais sans ça, elle était identique à toujours. Alors que Sanji se relevait doucement, n'osant pas trop y croire, elle continua, sans voir le trouble du blond.

- Aah… Ce n'était pas facile, mais j'ai fini par l'avoir. J'ai retourné son propre piège contre elle-même ! Et je… Mais tu vas bien toi, tu ne sembles pas très vif…

Elle avait enfin remarqué l'air troublé de son ami.

- Et bien, j'avoue que… Je ne te vois pas en entier, et c'est… Perturbant…

En effet, on ne pouvait voir que le buste de Nami, son visage et son épaule gauche. Tout le reste était étrangement brouillé.

- Oh ça ? C'est à cause des nombreux mirages que nous avons mis en place… Un peu d'air frais, ça fera du bien !

Elle se mit à tourner une des baguettes de son Climat-Tact, faisant ainsi apparaître des boules transparentes bleues.

- COOL BALL.

Alors que l'air se rafraichissait autour de la navigatrice, et que les mirages commençaient à diminuer, Sanji, complètement remis s'approchait de Nami, mode tornade amoureuse.

- Oow, Nami-saaan ! Tu es si belle quand tu me fais peur !

Profitant de l'avantage qu'elle avait sur le cuisinier, elle l'acheva avec un sourire tendre.

- Merci de t'inquiéter, Sanji-kun.

Alors que le cuisinier s'évanouissait de bonheur, Nami soupira. Il s'en est vraiment fallu de peu. Elle avait réussi, grâce aux nombreuse illusions présentes, et à l'atmosphère unique qu'il y avait sur cette place, à créer un mirage qui la cachait. Ainsi, après avoir détruit toutes les copies, sauf une, Nani à enclenché son attaque ultime, voulant ainsi détruire son ennemie. Mais elle n'avait pas conscience de Nami qui se cachait derrière elle. Elle avait alors attiré tous les éclairs de l'énorme nuage vers sa propre baguette, foudroyant ainsi sur place son ennemie. Mais elle avait sous-estimé le nombre d'éclairs de l'orage, et avait failli se faire électrocuter elle-même. En hurlant, elle s'était précipitée en avant, et avait ainsi évité la mort de justesse. Mais elle n'avait pas tout de suite vu que les illusions étaient toujours présentes, causant ainsi une peur bleue au pauvre cuisinier.

Elle le regardait, un sourire béat sur son visage. Il était blessé, lui, bien plus qu'elle. Il avait lui aussi frôlé la mort, sûrement. Elle frissonna. Se battre contre soi était certes, très révélateur, mais elle voudrait ne jamais avoir à le refaire !


Usopp se précipitait vers la place centrale, imaginant l'histoire qu'il allait leur raconter, son palpitant combat contre quelqu'un d'aussi agile que lui. En le romançant un peu. Il avait déjà décidé d'occulter la partie où il s'était caché derrière un rocher… Ce n'était vraiment pas assez héroïque !

Alors qu'il imaginait l'arrivée de singes monstrueux venus aider son ennemi, il vit une forme adossée à un mur. Qui ne bougeait plus. Il oublia tout de suite ses récits de gloire pour se précipiter vers Robin.

- Robin ! Oh, tu… Tu vas bien ?

Il regarda avec fièvre autour de lui, s'attendant à voir Rosin surgir à tout moment. Mais Robin allait bien, et elle était simplement en train de se reposer. Elle sourit pour le rassurer.

- Usopp, je vais bien, ne t'inquiètes pas. J'ai juste un peu trop forcé.

Il soupira de soulagement. Parce que Robin allait bien, oui, mais aussi…Si jamais Robin allait mal, Sanji le lui aurait fait payer, c'est sûr ! Il se remit à s'inquiéter en la voyant grimacer alors qu'elle essayait de bouger.

- Oy, arrêtes ça ! Je vais t'aider, appuies-toi sur moi.

Robin le remercia et passa douloureusement un de ses bras sur les épaules du sniper. S'était vraiment désagréable de se prendre un toit sur soi…

Et ils repartirent ensemble, un peu plus calmement, vers la place.


Sanji l'entendit arriver le premier. Il avait l'oreille pour ces choses là. Il courut droit vers l'endroit où venait d'apparaitre Usopp mais surtout Robin ! Ah ! Sa déesse des ténèbres. Mais elle ne semblait pas aller très bien. Il jeta un regard hargneux à Usopp avant que Robin n'air le temps de lui expliquer que le pauvre canonnier n'y était vraiment pour rien, que ce n'était pas si douloureux, et que ça passerait vite. En effet, la douleur commençait enfin à disparaitre. Avec bonheur, elle s'assit à côté de Nami qui la défendait contre les demandes incessantes et plus que lourdes du coq. Usopp, lui, était dans son coin. Il était sûr que Sanji lui en voudrait, même s'il n'y était pour rien… Son œil de lynx perçut un mouvement à l'opposé de sa position.

- Eh… Mais c'est... Dit-il, s'attirant l'attention des trois autres.

Sans répondre, il courut vers Chopper et Franky, qui transportait toujours Luffy. Il fut vite suivi par les autres. Mais tous s'arrêtèrent en voyant l'état de leur ami. D'un teint aussi blanc que la neige, il semblait aux portes de la mort.

Alors que Franky l'allongeait par terre, Usopp, les larmes aux yeux, supplia Chopper.

- Dis, tu ne peux vraiment rien faire d'autre ? Des vitamines, des stimulants ou autre chose, je ne sais pas moi !

- Non, je ne peux plus rien faire.

L'aveu avait énormément couté au petit médecin qui maudissait son impuissance. Ce fut Franky qui leur expliqua alors pourquoi son état ne faisait qu'empirer.

- Tu dis que se serait nos combats qui l'auraient mis ainsi ? Oy…

- Ça parait malheureusement logique… Nous sommes six ici. Donc six copies de moins à alimenter. Il faudrait savoir où en sont les autres, et leur dire d'abréger au plus vite.

Elle se leva, sous l'œil inquiet de Sanji et fit appel à son pouvoir. Dans un grand périmètre autour d'elle, elle fit fleurir des centaines de bras avec des yeux. Elle devait se concentrer pour regarder tout ces paysages à la fois. Et soudain…

- Brook !

Elle le voyait à terre, et apparemment en mauvais état. Mais ce n'était pas facile de juger avec un squelette. Elle décrit l'endroit précisément, et s'apprêtait à indiquer la direction quand Franky la coupa.

- Pas besoin, Nico Robin. Je connais cet endroit, c'est là où je me suis battu. J'y vais.

Il fut accompagné par Sanji et Chopper, le premier pour l'aider si jamais Grook était encore en vie, et l'autre pour soigner le musicien. Usopp décida de les accompagner, ne supportant pas de rester assis sans bouger.

Nami et Robin restèrent sur place pour veiller sur leur capitaine. Elles l'observaient dans un silence angoissé. Nami osa le briser d'une toute petite voix.

- Tu crois… Qu'il va s'en sortir ?

Robin se posait la même question, et ne pouvait donner de réponse. Mais elle exposa avec un calme qui cachait mal son inquiétude les raisons d'espérer.

- Nous avons tous battu nos copies, il y a donc de sérieuses chances qu'il s'en remette vite. De plus, ça ne fait qu'une heure que nous avons commencé les combats. Et Dame Sourire à été formelle, cette fois-ci. Nous avons jusqu'au coucher du soleil. Donc, il ne reste plus qu'à espérer que Zoro mettra vite un terme à son combat, et que Brook ne se soit pas fait avoir.

Mais ces paroles ne rassurèrent pas la navigatrice, qui se mit à trembler. Surprise d'un tel désespoir, Robin ne put s'empêcher d'essayer de comprendre pourquoi. Avec un geste lent, Nami désigna le ciel. Fronçant les sourcils, Robin leva la tête. Et son sang se glaça.


- Alors, il est mort, cette fois ?

- Non, il semble évanoui.

Chopper essayait de ranimer le squelette immobile, avec l'aide d'Usopp. Sanji et Franky choisirent ce moment pour revenir.

- Par de trace d'un autre squelette, pas d'afro non plus. Pas de Grook ! Il a dû le battre, désigna Franky.

Brook émergeait enfin. Il voyait au dessus de lui les visages d'Usopp et Chopper, et entendait les deux autres un peu plus loin. Sanji lui donna un coup de pied, finissant de le réveiller.

- Ah, les amis… J'ai cru être passé dans l'autre monde ! J'ai vu… Un fantôme !!

À ces mots, Usopp et Chopper se blottirent l'un contre l'autre, scrutant les environs. Sanji et Franky, eux, se regardèrent, sceptique. Et puis Franky comprit.

- Eh ! Le squelette ! Ce ne serait pas ta copie que t'as vu disparaitre ?

- Co-Comment le sais-tu ?

Ils soupirèrent. Il était vraiment irrécupérable… Sanji prit le temps de lui expliquer.

- C'est simplement que quand on bat un de ces trucs, ils disparaissent. Ils n'ont pas de corps, après tout. Et combien de temps comptes-tu admirer le ciel comme ça ?! Relèves-toi donc !

- Yohoho ! Tu as raison, je vais-

Brook s'interrompit, les yeux regardant enfin le ciel au dessus de leur tête. Il sentit ses os se glacer alors qu'il essayait de comprendre. Sa bouche tomba lentement sur sa poitrine. Les autres se regardèrent, surpris. Mais ils n'eurent pas le temps de poser des questions.

- Les gars, il est quelle heure ? Combien de temps ont duré les combats ?

De plus en plus surpris, ils n'osèrent pas contester cette demande plutôt… Surprenante. Après un rapide calcul, Chopper lui répondit.

- Et bien, il n'était pas loin d'une heure quand nous sommes partis à la recherche de Luffy. Et il ne s'est pas écoulé plus de deux heures depuis. Et moins d'une heure pour les combats. Il doit être aux alentours de trois heures. Mais pourquoi-

De sa main squelettique, Brook désigna le ciel à son tour. Et posa une autre question, aux conséquences bien néfastes.

- S'il est si tôt dans la journée, pourquoi le ciel est-il si noir ?

D'un seul mouvement, ils levèrent la tête. Et tout comme Robin et Brook, ils sentirent leur sang se figer.


Dame Sourire les observait. Elle comprenait leur stupeur. Mais elle n'avait pas menti. Ils avaient jusqu'au coucher du soleil. Mais ils avaient oublié une autre phrase importante.

"Maintenant, le soleil à commencé à se coucher, marquant le temps qu'il reste à votre ami."

Et le soleil était prêt à disparaitre, comme la vie de ce jeune pirate. Elle était désolée pour eux. Mais elle ne regrettait pas son geste. Si leur aventure devait s'arrêter ici, alors… Elle regarda le magnifique coucher de soleil, sans montrer d'autre expression que son sourire. Mais elle dégageait une immense tristesse, qu'elle ne comprenait pas elle-même.


- Mais ce n'est pas logique ! C'est pas l'heure du coucher de soleil ! Pourquoi-

- Laisse tomber, c'est pas important ! Il faut retrouver Zoro et l'aider à en finir le plus vite possible ! Sinon Mugiwara va réellement y passer !

Sanji et Franky se parlaient en courant. Ils retournaient vers la place, espérant que Robin puisse les aider ainsi que Brook à rapidement retrouver le dernier combattant. Si le bretteur était très doué pour se perdre, il était aussi très difficile de le retrouver. Surtout avec cette limite de temps. Tout en courant, Sanji maudit l'épéiste de toutes ces forces. Pourvu qu'il en finisse vite !

Usopp et Chopper les accompagnaient. Et ils couraient de toutes leurs forces, eux aussi. Mais ils allaient vers Luffy. Ils savaient qu'ils ne seraient d'aucune utilité contre Zoko, et même le flair de Chopper ne l'avait aidé à détecter Zoro. Alors ils fonçaient de toute leur force vers leur ami. Sans penser. Espérant seulement qu'ils arrivent à temps. Alors qu'il tournait à un angle débouchant sur la grande place, ces quatre camarades entendirent des cris. Et ils virent Nami au bord des larmes secouant le corps de Luffy, alors que Robin ne savait plus quoi faire. Cette scène les pétrifia une fraction de seconde avant qu'ils ne se reprennent et foncent, encore plus vite. Robin avisa alors le groupe qui se précipitaient vers elles, ramenant celui qu'elles espéraient, le jeune médecin. Cédant à la panique, elle hurla de toutes ses forces.

- Chopper ! Viens-vite ! Luffy ne-

Ils ne purent entendre la fin.


L'île était en train de disparaitre, sombrant dans l'obscurité la plus totale. Nos Mugiwaras sentirent le sol s'effondrer sous leur pied, et de nouveau, ils furent absorbés par un gigantesque œil. Un œil mordoré.

Précédent Les liens des Mugiwara Suivant

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 2013-02-18

Veuillez respecter le travail que nous effectuons à la sueur de notre front :D!

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site