Chapitre 9

Et ils repartirent

Petit mot de l'auteur:

Enfin, voici la sortit du chapitre 9, qui marque la fin de cette histoire.

Profitez-en, c'est le dernier ! ^^

Fin du mot de l'auteur


Dans le néant résonne un bruit.

Profond.

Un bruit sourd et régulier.

Capable de détruire une montagne.


Ils sentaient le sol tanguer doucement sous eux. Le ciel, le soleil. Une légère bise rafraichissante. L'odeur salée de l'océan. Les craquements rassurant du navire, le drapeau du bateau de pirates battre doucement aux vents. Rien d'inhabituel, pourtant… Pourquoi étaient-ils sur le pont du Sunny ?

Alors qu'ils se posaient cette question en même temps, leur esprit, comme s'il avait vraiment voulu y répondre, décida de leur rafraichir la mémoire. Aussitôt, ils se relevèrent vivement avec cris et exclamations.

- Quoi ?

- Qu'est-ce que…

- Où je suis ?

- On… On est revenu au Sunny ?

- Mais alors tout est fini ?

- Luffy…

Cette dernière phrase contenait tellement d'angoisse qu'ils se tournèrent tous vers la personne qui l'avait prononcée. Nami, l'air hagard, regardait autour d'elle, refusant d'y croire. Avec un sourire suppliant, elle leur demanda :

- Vous savez où est Luffy ?

Ils étaient seuls sur le pont comme sur cette partie de l'océan.


- Non… Non… Ce n'est pas vrai !...

La voix de Nami se brisa et Robin la prit dans ses bras. Elle aussi voulait le refuser. Sans pouvoir le faire. Elle sentit des larmes lui échapper, et d'essaya plus de les retenir. Alors que Nami ne réagissait toujours pas, elle se tourna vers ses compagnons.

- On l'a vu… Il… A arrêté de respirer à un moment… On ne savait pas quoi faire… Et puis, tu es arrivé Chopper. Mais…

- Non…

Usopp aussi refusait d'y croire… Comme tout l'équipage… Ils avaient été si près de tout régler… Alors que l'horreur gagnait chacun de nos pirates petit à petit, Sanji se releva et choppa Zoro par sa chemise. Il le plaqua avec violence contre le mat sans que l'épéiste n'ait le temps de réagir.

- Eh ! Mais qu'est-ce-, commença à vociférer Zoro. Mais il fut coupé par la voix furieuse de Sanji.

- Qu'est-ce t'as foutu bretteur à la con ! Tu pouvais pas te dépêcher, non ? T'es pourtant pas si faible ? Pourquoi ça t'as pris autant de temps, hein ? Pourquoi !

Tandis que Zoro subissait le fiel du cuisinier sans se défendre, Franky s'approcha rapidement d'eux et empêcha Sanji de continuer en le maitrisant. Le tenant fermement par les épaules il l'obligea à reculer avec beaucoup de mal. Mais il ne pu l'empêcher de hurler sur Zoro. Celui-ci ne réagissait toujours pas, ne comprenant pas de quoi il voulait parler. Il croisa le regard d'Usopp, mais celui-ci était trop choqué pour l'aider. Son regard dévia sur Chopper. Ce dernier lui répondit d'une voix atone.

- On a remarqué que l'état de Luffy empirait très vite, et que c'était sûrement dû aux combats, vu que c'est lui qui animait ces copies.

- Et alors ? Murmura le bretteur, sans comprendre.

- Et alors ? Tu oses dire ça !

Sanji avait de nouveau crié, et Zoro remarqua avec surprise que sa voix était tremblante, et bien plus aigu que d'habitude. Mais il ne comprenait pas. Son cerveau semblait avoir perdu les faibles aptitudes qu'il avait à réfléchir. Brusquement, Sanji se libéra de l'emprise du cyborg et sans que personne ne pu faire quoi que ce soit, il se saisit de nouveau de Zoro.

- Je vais t'expliquer, Marimo atrophié du bulbe ! On avait tous détruit nos copie, et on était tous sur cette foutu place à le regarder crever sans rien pouvoir y faire ! Et le seul qui manquait, c'était toi ! Tu comprends maintenant, ou faut que je te le dessine ! Si t'avais fais ce que tu devais un peu plus vite il-

Sanji fut coupé dans son élan par Franky et Brook, qui avaient décidé de mettre un terme à ses accusations. Tous pensaient que la culpabilité de Zoro serait assez grande sans devoir en rajouter. Sanji se taisait maintenant, maîtrisé par ses compagnons, mais il tremblait de rage, de douleur, et attendait la réponse de Zoro. Qui ne venait pas.

Zoro ne comprenait toujours pas les paroles du cuisinier, pourtant limpide. C'est quand il remarqua les larmes qui glissaient sur tout les visages ou qui étaient retenues difficilement que ça le frappa. Durement. Mais il ne comprenait toujours pas.

- Mais… Je l'ai vaincu…

Ils se figèrent tous à ses mots et se tournèrent vers le propriétaire de cette voix qui semblait plus surprise qu'autre chose. Il répéta.

- Je l'ai vaincu. Zoko.

Il revit la fin son combat.


Une chaleur intérieure.

Plus intense que le Soleil

Une fraicheur extérieure.

Plus douce que la Lune


Ils étaient dans la jungle, et plusieurs arbres pourtant énormes jonchaient le sol. Les singes, les oiseaux et autres espèces vivantes avaient déserté depuis longtemps le champ de bataille. Ils se faisaient face, l'un plus blessé que l'autre. Mais pas pour autant fini, Zoro le savait. Il ne fallait pas baisser sa garde un seul instant. Ou il mourrait. Prenant appuie sur la souche où il reprenait son souffle, il s'élança et fonça sur son adversaire. Ben qu'extrêmement rapide, il fut pourtant contré sans difficulté par son adversaire. L'intensité de ces rencontres ne faiblissait pas, et fut répercuté comme une vague tout autour d'eux. Agile, Zoro attaquait sans cesse son adversaire, qui répondait sans faillir. Chaque attaque était donnée de toutes les forces du combattant, et nécessitait toutes l'agilité de l'adversaire pour les éviter ou les contrer. À chaque rencontre, leurs bras hurlaient de douleurs, leur torse et leurs jambes encaissaient chaque assaut douloureusement. Mais ils ne ralentissaient pas le rythme. Un moment, Zoro aperçu une minuscule ouverture et lança sans tarder une attaque.

- HIAKU HACHI POUND HOU !

De ses sabres fusa une puissante attaque qui obligea son adversaire à plonger sur le côté pour l'éviter. Alors que Zoko n'était pas encore à terre, Zoro enchaina.

- ONIGIRI !

Cette attaque ne put être évitée et Zoko s'envola dans les airs, accompagné de deux estafilades sanguinolentes en forme de croix sur son torse. Il avait malgré tout réussi à limiter les dégâts grâce à ses réflexes inhumains et ses sabres extrêmement résistants. Sans perdre sa concentration, Zoro se retourna vers son adversaire et continua son attaque.

- SHI SHI SON SON !

Il sentit une certaine résistance et grogna en comprenant que son attaque avait été contrée. En effet, Zoko avais réussi à placé ses katanas de manière à ceux qu'aucune lames de Zoro ne puisse l'atteindre. Il atterri quelques dizaines de mètres plus loin. Zoro ne le laissa pas fuir, et ce précipita sur lui. Les échanges de coups rapides recommencèrent. Profitant d'une faiblesse de l'adversaire, il passa derrière lui, tel un fantôme passant à quelques millimètres de la mort.

- TORO NAGAKISHI !

Mais Zoko balança ses épées sur le côté, coupant l'attaque de Zoro, qui fut obligé de reculer. Cette fois, ce fut Zoko qui se précipita sur son adversaire. D'un point de vue éloigné, un spectateur quelconque aurait simplement vu les reflets d'aciers des lames, et le bruit si caractéristique du vent que l'on fend. Ce ballet aurait pu durer longtemps si, alors qu'ils se déplaçaient de nouveau, ils n'étaient pas tombés sur une autre de ces routes pavés. Ils avaient stoppé leurs assauts et s'étaient jaugé. Ils étaient presque à égalité. Si Zoko était moins fatigué, car il n'avait pas d'énergie propre, ses blessures, elles, étaient bien plus graves. Sentant que la fin du combat était proche, Zoro se mit en position. Il leva les bras, ses deux katanas tournoyant entre ses mains comme faisant partie de sa chair.

- SANTOURYU…

Il vit que l'autre se mettait aussi en position. Le temps sembla se figer entre ses deux adversaires tant leur concentration était profonde. Ils s'élancèrent.

- SENSEN SEKAI !

Ils étaient dans le dos l'un de l'autre. Sans bouger, et personne ne respirait. Soudain, une des silhouettes sembla se dilater et disparut dans un souffle. L'autre passa sa main sur sa tête et retira le bandana qui cachait ses cheveux. Un sourire carnassier s'étirait sur ses lèvres.

- Finalement, les copies ne valent vraiment pas le coup.

Renouant son bandana sur son bras, il soupira en regardant les alentours.

- Bon. Je suis où là ?

Alors qu'il partait dans la direction opposé à la cité, le monde fut engloutit dans les ténèbres, et il sentit le sol partir sous ses pieds.


Un souffle, une respiration.

Puissant.

Souffle imperceptible.

Plus fort qu'un ouragan.


Tout le monde se taisait. Ils avaient écouté Zoro en silence, et les larmes s'étaient taries. Mais maintenant, plus personne ne comprenait rien. S'il avait bel et bien vaincu son adversaire, pourquoi Luffy n'était pas là ? Ils entendirent alors un rire qui les fit frissonner. Sans que personne ne l'ai vue, Dame Sourire était accoudée sur le bastingage, en train de les observer. Ils se relevèrent tous et se mirent en position d'attaque. Ils en avaient vraiment plus qu'assez d'elle, de son île et de ce qu'elle avait causé. Bien qu'étant parfaitement conscient de n'avoir aucune chance face à cet être, ils n'hésiteraient pas. Elle posait des questions ? Eux voulaient des réponses. Et vite.

D'une voix plus glacée qu'un iceberg, Robin commença.

- Où est Luffy.

Dame Sourire eu la vague pensée que si elle était humaine, elle aurait pu succomber aux regards qu'ils lui lançaient. Ça augmenta son sourire, mais ne l'inquiéta pas le moins du monde.

- À sa place.

Malgré la colère bouillonnante en eux, ils ne purent qu'être surpris qu'elle ait répondu. Et de sa réponse. À sa place ?

- Que veux-tu dire par là ? Demanda Franky.

D'un geste nonchalant, elle les désigna.

- Vous êtes ici, sur le pont. C'est votre place, c'est ici qu'a commencé votre voyage. S'il n'est pas sur le pont, c'est que son voyage à commencé ailleurs.

Il y eu comme un flottement entre les Mugiwaras, et deux cris. Le cri d'Usopp et de Chopper. Ils avaient compris cette nouvelle énigme en même temps et c'est dans ce même élan qu'ils se précipitaient sur le pont supérieur. Une fraction de seconde plus tard, les autres comprirent à leur tour. Eux, ils avaient été transporté depuis le pont, mais lui avait disparu bien avant.

Usopp arriva le premier sur la proue, et sentit son cœur bondir de joie en apercevant d'abord son chapeau de paille. Il se pencha un peu plus et le vit. Il était en train de dormir tranquillement, comme si de rien n'était. Chopper arriva de l'autre côté, et le vit aussi. Seulement, il était tellement heureux qu'il se précipita dans les bras de Luffy, toujours endormis.

La proue du bateau était une magnifique tête de lion. Ronde. Et bien sûr, Chopper avait pris assez d'élan pour faire tomber Luffy dans la mer. Usopp essaya vainement de les retenir, mais Chopper y était vraiment allé de tout son cœur. Les autres membres de l'équipage alors qu'ils arrivaient à leur tour sur le pont supérieur, entendirent un cri de joie, d'abord, et puis.

- Non ! Chopper ! AAAAAAH !

*PLOUF*

Et virent Usopp tomber à la mer, comme entrainé par quelque chose. Ou quelqu'un. Sanji et Zoro se préparaient à plonger, Franky étant trop occuper à retenir Brook qui avait encore oublié que lui non plus ne pouvait pas nager. Mais à peine avaient-ils posés un pied sur la rambarde qu'ils furent projetés violement contre le pont, par une brusque embardé du bateau.

- Woh ! Qu'est-ce qui se passe ?

- Nami-san ?

- Je n'en sais rien, ce n'est pas normal, fit cette dernière, accroché au garde-corps à côté de la barre.

Avec de Franky, elle essaya de reprendre le contrôle du bateau, mais sans qu'ils n'eu le temps de faire quoi que se soit, une immense colonne d'eau jailli de bâbord et les éclaboussa généreusement. Puis, une exclamation apeurée. Venant du lieu de l'explosion.

- M-M-M-Mais ! Q-Q-Q-Q-Qu'est-ce que c'est ça ?

Ils se ruèrent vers la source de ce bruit et en restèrent bouche bée.


Une existence.

Aussi vieille que le monde.

Un iris doré.

Plus profond que les océans.


Usopp, Chopper et Luffy se tenait sur une bosse de couleur bleu marine, lisse et brillante. Elle était de la hauteur du bastingage du pont inférieur, peut-être un peu plus. Effilée, elle se terminait par une gigantesque queue qui rappelait ceux des dauphins. Mais en bien plus gros. Et cet être n'avait pas de nageoire dorsale. Il ressemblait a un mélange entre le dauphin pour se forme, et la taille d'une baleine. Mais plus que son apparence, c'est quand ses yeux se tournèrent vers nos pirates qu'ils se figèrent. Un œil mordoré, facilement reconnaissable. Et puis, une voix, qui retentit de partout.

"Soyez heureux que je vous aide, humains. Ce n'est pas dans mes habitudes…"

Brook jeta un rapide coup d'œil là où se tenait Dame Sourire. Et c'est sans surprise qu'il remarqua qu'elle avait disparu. Avec son habituel élégance, il lui demanda :

- C'est donc vous, Dame Sourire… Mais pouvons-nous savoir ce que vous-êtes vraiment ?

"Vous me donnez le nom de Dame Sourire, c'est donc ce que je suis. D'autres m'ont appelée Reine des Océans. Mais peu importe."

Pendant sa réponse, Usopp essayait désespérément de se remettre debout, mais ne cessait de glisser, et c'était un miracle s'il n'était pas encore tombé à l'eau. Chopper lui avait déjà abandonné depuis longtemps et se contentait de resté immobile. Et d'écouter attentivement cette créature. Il la sentait vibrer sous lui. Et malgré le fait qu'il venait de tomber dans l'océan, ce contact le calmait, l'apaisait. Dame Sourire continua de leur parlé. Et même si la voix était différente, nos Mugiwaras ne purent s'empêcher de voir dans leurs esprits l'image de la jeune fille à la robe bleue et aux cheveux d'argent.

"Je suis aussi venu vous féliciter. Vous avez réussi la dure épreuve que je vous ai imposée."

Ils gardèrent le silence à ces mots, et elle put sentir que la colère qui les habitait ne s'était pas complètement éteinte. Avec une voix un peu plus moqueuse, elle poursuivit.

"J'espère que cette fois, vous n'oublierez pas la réponse à cette question."

Le silence qui accueilli cette remarque était cette fois plus gêné qu'autre chose. Comment pourraient-ils oublier cette aventure ? Elle leur avait apporté beaucoup, mais ils avaient aussi beaucoup risqué… Franky, après un léger soupir posa une nouvelle question.

- Est-ce que qu'on pourrait espérer savoir la raison de tout ça ?

Un ange passa. Et puis, elle provoqua un immense geyser qui fit s'envoler Usopp Chopper et Luffy. Les autres membres de l'équipage eurent juste le temps de les rattraper comme ils pouvaient, que Dame Sourire disparaissait sans une vague dans les abysses de l'océan.

"Non."


Un petit peu dépassé par les événements, ils ne bougeaient pas. Seul Chopper s'était approché de Luffy pour voir comment il allait. Et personne n'osait déranger le jeune médecin alors qu'il examinait quelqu'un. Ils restèrent donc silencieux sur le pont jusqu'au soupir de Chopper.

- Ça va. Il reprend progressivement des couleurs. Il a perdu beaucoup de sang, mais l'hémorragie est terminée. Par contre la fatigue endurée est grande, et il va dormir un bon moment. Mais aucun doute, il va s'en sortir sans séquelles.

Personne ne pu retenir un soupir de soulagement. Nami prit les choses en mains.

- Bon, Zoro, Sanji-kun, emmenez-le à l'infirmerie. Ce sera le meilleur endroit pour qu'il se repose tranquillement. Franky, il faudrait voir si le bateau est toujours bloqué. Je ne pense pas, mais je préfère vérifier.

Chopper accompagna Luffy à l'infirmerie, tandis que Brook et Usopp aidait Franky à ouvrir le Dock System du bateau. Robin, songeuse, ne participait pas cette agitation, mais fit une juste remarque à Nami.

- Tu te rappelles au début ? Quand on recherchait Luffy. On était allé sous l'eau pour voir. Et on avait remarqué l'absence de poisson ou de monstre.

- Maintenant que tu le dis…

- Je crois savoir pourquoi il n'y en avait pas, conclu-t-elle en souriant. Que peuvent les monstres marins face à la Reine des Océans ?

- Pas grand-chose, soupira Nami. Tout comme nous, d'ailleurs. On s'est fait baladé du début jusqu'à la fin !

Elles gardèrent le silence un petit moment, goûtant une paix qu'elles étaient en droit d'apprécier. Puis Nami remarqua d'une voix basse :

- Dis, tu crois qu'un jour on saura pourquoi elle à fait ça…

Robin n'eu pas besoin de réfléchir pour répondre à la manière de Dame Sourire.

- Non.


Ils avaient décidé de ne pas bouger tant que Luffy n'avait pas repris conscience. Chopper avait jugé qu'il lui faudrait peut-être une semaine de rétablissement, mais qu'il ne pouvait pas en être vraiment sûr.

- C'est une estimation pour les humains.

Ils hochèrent tous la tête. Leur Capitaine était très loin d'être humain… Et en effet, il ne lui fallu que deux jour pour reprendre connaissance. Alors qu'ils étaient tous en train de parler dans la cuisine, la porte de cette dernière s'ouvrit soudain sur Luffy. Il se passait la main dans ses cheveux, l'air interrogateur.

- Qu'est-ce que vous faite tous ici ? Pourquoi j'étais à l'infirmerie ? Wouah !

Il n'eu que le temps de réceptionner Chopper qui s'était élancer vers lui.

- Luffyyyyyyy !

- Eh, mais-

Sans avoir de réponse à ses questions, le reste de l'équipage s'était aussi précipité pour lui faire bon accueil. Avec tapes dans le dos et grand sourire, ils l'avaient fait assoir à la table. Aussitôt, Chopper reprit ses habitudes de docteur.

- Ça va, Luffy ? Tu ne ressens pas de fatigue ou de douleur à ton bras ?

Surpris, Luffy jeta un coup d'œil à son bras bandé.

- Non, ça va. Rien de spécial, mais comment je me suis blessé ?

- Tu ne te souviens de rien ? S'étonna Brook

- Non, j'ai juste l'impression d'avoir trop dormi. Et d'avoir fait un drôle de rêve. Mais c'est trop flou pour que-

Le bruit d'un estomac affamé se fit entendre. Luffy passa sa main sur son ventre l'air dépité.

- J'ai faim… Sanji, prépares moi quelque chose !

- Ouais, ouais, c'est en cour…

Il avait déjà commencé à préparé un plat, prévoyant les réactions de son capitaine. Il l'avait pourtant nourrit tout au long de sa convalescence, et généreusement. Sanji leva les yeux au ciel. Arriver à manger même dans le plus profond des comas, s'était bien digne de cet estomac sur pattes !

- Sinon, Nami, pourquoi toutes les voiles sont relevées ? Il y a eu une attaque ? C'est là que j'ai été blessé ? Je me souviens vraiment de rien…

- C'est peut-être Dame Sourire qui lui a effacé la mémoire ? Suggéra Robin

- Dame Sourire ? C'est qui celle la ?

Rigolant de l'air éberlué de Luffy, ils décidèrent de lui raconter l'histoire d'une île mystique et des pirates qu'ils y rencontrèrent. Et pour une fois, Luffy resta calme jusqu'à la fin du récit.


Luffy était de nouveau à sa place préféré, sur la tête du Sunny. Il goutait avec délice le vent sur son visage. Le bateau naviguait de nouveau, direction l'île des hommes-poissons. Il entendait derrière lui les activités de ses amis sur le bateau. Chopper, Brook et Usopp jouait à cache-cache. Chopper était facile à trouver, car il ne se cachait jamais du bon côté. Brook, par contre se servait sans vergogne de sa minceur pour se cacher à des endroits inaccessibles. Plus haut, il pouvait entendre Zoro s'entrainer dans la vigie. Il comptait le nombre de pompes qu'il faisait, et Luffy pouvait facilement l'imaginer sur une main, avec une gigantesque haltère sur les pieds. Un éclat de rire se fit entendre. Il reconnut la voix de Robin. Elle et Nami devait s'occuper de l'orangeraie. C'était une activité que Nami faisait avec soin, et peu de personne était habilité à s'approcher de ses précieux mandariniers. Juste en dessous d'elle, Sanji et Franky bavardaient de chose et autres. Il n'écoutait jamais les conversations, mais savait toujours où se trouvait chacun de ses compagnons. Il s'adossa contre la crinière du Sunny.

Quelle histoire, quand même ! Savoir que ses souvenirs avaient été modifiés et qu'il n'avait pas reconnu son propre équipage l'avait d'abord surpris, puis embarrassé. Les autres l'avaient tout de suite rassuré en lui disant que l'équipage factice était vraiment très semblable. Mais qu'on ait pu le manipuler aussi facilement n'était pas facile à avaler. Ils lui avaient ensuite expliqué que toute cette situation était due à une sorte de question qu'ils se posaient. Ça ressemblait presque à un aveu douloureux, et quand ils les avaient regardé dans les yeux, il avait compris. Avec un grand sourire, il leur demanda :

- Et vous l'avez trouvé, cette réponse ?

Ils avaient semblé stupéfaits, s'attendant plus à ce qu'il demande la question. Ils avaient répondu oui. Avec un haussement d'épaules, il avait alors balayé leurs craintes d'une seule phrase.

- Alors c'est que tout ça à été utile, finalement.

Ils avaient compris qu'il voulait les aider à se débarrasser de ce sentiment de culpabilité qui les tracassait un peu. Et il avait réussi, ses paroles les avait libérés, et avaient continués le récit sans qu'ils ne se sente fautif.

Luffy soupira. Il aurait quand même aimé savoir cette question. Mais plus que ça, il aurait bien aimé rencontrer cette Dame Sourire. Brusquement, il sentit une présence à côté de lui. Mais ce n'était pas un membre de son équipage. Sans hésiter, il plongea son regard dans l'immense pupille qui le regardait. Elle ne faisait pas surface et était entre la limite de l'eau et de l'air. Il comprit, et sourit à cette apparition.

- C'est donc vous, la Dame Sourire.

Il avait murmuré, pourtant certain qu'elle l'entendrait. Il n'eut pas de réponse parlée, mais il la lu dans l'œil qu'elle avait toujours de braqué sur lui.

- J'espère que vous avez eu ce que vous vouliez, continua-t-il sur le même ton. Mais je vous serais reconnaissant de ne plus faire subir un truc pareil à mon équipage. Je pourrais me mettre en colère, la prochaine fois.

Il avait durci le ton pour ces dernières paroles, voulant être certain que le message passerait. Sans se sentir réellement en danger, la créature sentit qu'il était sérieux. Elle le fixa encore un moment avant de s'enfoncer pour se dissoudre dans l'océan.

Luffy sourit, et fixa de nouveau l'horizon sans fin. Le vent jouait toujours avec ses cheveux et son chapeau, son équipage était toujours sur ce vaisseau à s'amuser, et ils poursuivaient toujours leur périple sur l'Océan de Tout les Périls. Un frisson d'excitation lui parcourra l'échine. Il le sentait, de nouvelles aventures l'attendaient ! Il éclata de rire, ce qui surprit tout l'équipage. Mais sans savoir pourquoi, ils se sentirent entrainés malgré eux, et ils accompagnèrent leur Capitaine dans sa joie sans raison.

Et leurs rires résonnèrent longtemps sur la surface de la mer.


FIN

Et oui, il faut bien que ça se termine, non ?

J'espère de tout cœur que vous avez apprécié cette nouvelle aventure de nos pirates préférés ! N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, ce que vous avez aimez, ou pas. Ça me sert énormément à m'améliorer. Toutes les critiques, bonnes ou mauvaises sont acceptées !

Bon, si vous ne dites que des choses méchantes, je ne suis pas sûr d'apprécier complètement… Mais je ferais avec ! XD

LASCKA

Précédent Les liens des Mugiwara Suivant


2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 2013-02-18

Veuillez respecter le travail que nous effectuons à la sueur de notre front :D!

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site