Chapitre 2

Recherches et...

Petit mot de l'auteur:

Bonjour ! Je vous présente le deuxième chapitre de cette fan-fic. J'espère que vous l'apprécierez avec autant de plaisir que j'en ai eu à l'écrire.

Ce chapitre comporte beaucoup d'attentes. L'intrigue n'est que peu révélée, et c'est surtout beaucoup de sentiments (sans verser dans le gnangnan, j'ai horreur de ça… XP). Mais on espère, on croit. On ne peut par contre jamais accepter ce qui est suggéré. Car, nous comme eux, adorons ce débile profond et son chapeau. Alors ? D'après vous, que va-t-il se passer maintenant ? Où est Luffy ?

À vos claviers, prêt ?

...

Ruez-vous sur les commentaires ! ! ! XD

Fin mot de l'auteur

 

Brook recherchait le capitaine disparu sur le côté tribord, observant, scrutant avec la plus grande attention les abysses sans fin de la mer. Sans succès. Chopper, pleurant toutes les larmes de son petit corps, le cherchait de l'autre côté. Dès qu'ils avaient su que Luffy n'était pas sur la proue, tous avaient eu la même idée. Il était tombé à l'eau à cause de la secousse. Dans un ensemble parfait, Sanji et Zoro s'étaient alors élancés pour le secourir, en espérant qu'il ne soit pas allé trop profondément. Ils avaient plongés pendant cinq bonnes minutes, causant ainsi une angoisse de plus en plus forte aux membres de l'équipage. Angoisse qui avait monté d'un cran quand ils étaient revenus, seuls.

- Je ne l'ai pas vu de mon côté !

- Moi non plus, Nami-san. Et pourtant nous sommes allés profondément. Il n'a pas pu, en si peu de temps être allé si loin. Il doit être ailleurs.

Mais c'était plus une manière d'essayer de se rassurer qu'une certitude. Ailleurs, mais où ?

- Mais oui, je vous l'avais dit, il ne pouvait pas être tombé dans l'eau. On l'aurait entendu, Chopper et moi, hein ?

Chopper, continuant de pleurer, répondit un déplorable :

- Bouiii…

Sanji, qui était remonté le réprimanda.

- Chopper reprends-toi, voyons ! Pourquoi pleures-tu ainsi ?

- Je beux bas b'en embêcheeeer, se lamenta l'intéressé…

- Où est passé cet imbécile encore. Nous inquiéter comme ça… Il le regretta.

Nami, dans une posture qu'elle voulait coléreuse, se rongeait l'ongle du pouce. Mais ce signe à lui seul suffisait à dévoiler les véritables sentiments de la navigatrice. Sentiments que tous partageaient. Zoro, de nouveau en train d'essorer sa chemise, ne dit rien. Il n'était étonnement pas en colère contre Luffy pour cette deuxième baignade. Il avait lui aussi un mauvais pressentiment. Un horrible pressentiment. Sensation qui se confirma quand Robin soupira. Tout de suite, les six membres présents de l'équipage se tournèrent vers elle. Son air dépité ne laissa aucun doute sur ce qu'elle allait dire.

- Désolée. J'ai fouillé l'ensemble du bateau sans rien oublier. Il n'est… Pas sur ce navire.

Cette annonce fit voler en éclat les derniers espoirs de l'équipage. Chopper s'effondra.

- Luffyyyy…

- Non, il est forcément quelque part, insista Usopp. Il ne peut pas avoir disparu comme ça !

- Ce n'est pas possible que quelqu'un comme Luffy-san disparaisse ainsi ! C'est impensable. Et puis je suis largement suffisant comme mort !

Soudain un bruit d'eau suivit d'un claquement de métal se fit entendre, suivit de la voix de Franky.

- Oy, demoiselle ! J'ai bien vérifié partout. Il n'y a rien qui coince le navire, à aucun endroit. Je ne vois pas pourq…

Il s'interrompit, voyant le teint pâle de Nami et en entendant les lamentations de Chopper derrière elle. Son propre cœur manqua un battement.

- Oy, que ce passe-t-il, Demoiselle ?

- Franky, est-ce que tu aurais vu Luffy alors que tu faisais ton inspection, demanda Nami, connaissant d'avance la réponse.

- Non, je vous aurais prévenus. Tu veux dire que…

Ne pouvant plus articuler un mot, Nami acquiesça.

- Mugiwara…


- Il ne peut PAS être tombé à l'eau je vous le répète ! Ce n'est pas possible, on l'aurait entendu tomber, crier, et se débattre avant qu'il ne coule, et j'aurais eu le temps d'aller le sauver.

- D'accord Usopp, d'accord, soupira Sanji, alors que le canonnier insistait. Mais on peut être aussi sûr qu'il n'est plus sur ce bateau grâce à Robin-chan.

- Mais alors où est-il ?

Cela faisait maintenant une bonne demi-heure que les recherches avaient lieu. On avait remit à l'eau le sous-marin de Franky et inspecté les grands fonds à la recherche d'un indice quelconque. Accompagné de Robin et de Brook, le cyborg avait quadrillé les fonds marins jusqu'à épuisement de l'oxygène. Pendant ce temps s'organisant une fouille méthodique du navire, au cas où Robin aurait oublié un endroit. Cette dernière, tout en sachant que ce n'était pas le cas, ne les avait pas arrêtés. Elle-même espérait que peut-être…

La remontée du submersible coïncida avec l'arrêt des recherches sur le navire. Depuis, Sanji et Usopp tournaient la même conversation sur tous les thèmes, dans tout les sens. Essayant de repousser ainsi l'échéance où ils devront faire face à la réalité. Robin, sur la balançoire, avait pris Chopper dans ses bras et essayait de réconforter le petit renne, le seul qui laissait parler son chagrin sans le retenir. Chose difficile, car elle-même était profondément bouleversée. Franky et Brook, ne pouvant ni accepter cette situation, ni la rejeter, ne disaient rien et serraient les dents. Qu'auraient-ils bien pu dire ? Comment détourner l'horrible vérité, cette douleur de leur cœur ? Nami, elle, s'était effondrée sur les marches du navire, la tête entre les mains, laissant couler des larmes de frustration silencieuse. Elle s'en voulait terriblement de l'avoir grondé si fort, et obligé à aller sur cette proue. Zoro, adossé à la rambarde du pont supérieur, les bras croisés avait les yeux dans le vague. Il se sentait étonnement détaché de la scène qui se passait sous ses yeux. Il n'éprouvait ni tristesse, ni remords. Il refusait simplement cette situation. Leur aventure ne pouvait pas se terminer ainsi.

Tous, ils étaient préparés à leur propre mort. Avec un capitaine pareil, qui avait le don de s'attirer des ennuis, c'était normal. Et puis le danger serait toujours présent s'ils voulaient réaliser leurs rêves. Mais il ne pouvait pas accepter cette disparition. Une mort en combat était possible, mais disparaître aussi soudainement, pour quelqu'un comme Luffy était une chose inconcevable, impossible.

Décidant de se reprendre un peu, Robin respira profondément, mais elle n'arriva pas à évacuer la douleur dans sa poitrine. Elle remarqua que Sanji n'était ni à ses côtés ni à ceux de Nami. Il fallait vraiment un événement important pour qu'il les oublie comme ça. Alors, autant pour essayer de se libérer elle que ses amis de la gangue de souffrance dans laquelle ils s'étaient tous enfoncés, elle prit la parole.

- Je sais que le moment n'est pas bien choisi, mais…

Tous se tournèrent vers elle. Dans le silence ambiant, seul les sanglots étouffés de Chopper se faisaient entendre.

- J'ai remarqué quelque chose d'étrange dans l'océan. Je pense que l'on devrait se pencher sur ce phénomène. Il n'y avait aucun monstre marin quand nous sommes allés… Sous l'eau.

Elle avait failli dire "chercher des traces de Luffy" mais, par un effort surhumain, elle s'empêcha de remuer le couteau dans la plaie.

- Je me demande bien pourquoi.

- C'est vrai, maintenant que tu le fais remarquer, reprit lentement Brook. Il n'y avait même aucun poisson aux alentours.

- Ça, c'est bizarre comme phénomène, commenta Nami. C'est peut-être lié à notre incapacité à bouger le navire ?

- Oy.

Tous relevèrent la tête pour se tourner vers Zoro. Il s'était redressé, et fixait le ciel avec attention.

- Vous ne trouvez pas qu'il fait… Sombre, tout à coup ?

C'est alors qu'ils remarquèrent qu'en effet, il faisait de plus en plus sombre autour d'eux, effaçant l'horizon de leur vue. Même le ciel et l'eau disparaissaient sous leurs yeux.

Nami, paniquée se tourna vers Robin.

- Tu crois que c'est une manifestation dûe à Grand Line ?

Mais les yeux écarquillés qui fixaient le ciel disparaître lui répondit plus sûrement que des paroles. Alors que Robin s'était aventurée plus longtemps qu'elle sur cet océan maudit, elle non plus n'avait jamais rien vu de pareil. L'obscurité gagnait du terrain à chaque seconde un peu plus vite qu'avant, engloutissant des ses entrailles l'existence même de la lumière et du son.

- Qu'est-ce que… Murmura Sanji, tournant la tête dans toutes les directions et voyant toujours le même spectacle. Le monde était en train de se réduire, réduisant la vision aux environs immédiats du Sunny dans une sorte de sphère qui les entourait.

- Rapprochons nous ! On risque de ne plus se voir si ça continue comme ça !

Le conseil de Franky fut appliqué immédiatement et ils formèrent un cercle au centre du pont inférieur. Même si ça les empêchait de se perdre, ça ne pouvait réduire la vitesse de l'ombre qui filait droit sur eux, réduisant la lumière en un simple souvenir et en besoin impérieux.

- OUAAAAAH !

Le cri de terreur d'Usopp fut repris par Nami, Chopper et Brook en même temps alors que l'ombre les atteignait de partout. Les autres bloquèrent leur respiration, attendant quelque chose.

Qui ne se produit pas.

Quand Usopp rouvrit les yeux, cramponné comme un forcené au bras de Zoro, il ne vit plus rien. Rien d'autre qu'une nuit éternelle, vide d'astre et de voute céleste, qui semblait avoir décidé d'engloutir le monde.

- Aah ! Je suis aveugle !

- Abruti, lâche mon bras.

Se tournant vers la voix, Usopp découvrit alors qu'il n'était pas aveugle. Il pouvait voir Zoro et les autres comme en plein jour, et eux aussi semblaient pouvoir le voir. Tremblant de la tête au pied, il essaya de faire un pas mais trébucha et s'étala par terre. C'est ainsi qu'il fit une première découverte.

- On… On n'est plus sur le Sunny…

- Quoi ?

Nami et les autres c'étaient immédiatement retournés vers lui. Comprenant pourquoi il disait ça, elle se pencha à son tour et effleura ce qui semblait être le sol.

- C'est vrai, murmura-t-elle, je ne sens plus l'herbe. C'est froid et dur.

- Mais où somme-nous alors ? Murmura à son tour Robin, s'avançant de quelques pas.

- Robin, supplia Sanji, ne vas pas trop loin.

Comme les autres, il avait murmuré. Dans l'épais silence qui régnait autour d'eux, le son de leur voix leur semblait incongru.

- Eh, est-ce que…

Tous de nouveau se tournèrent vers Chopper. Il y avait de la frayeur, mais aussi un semblant d'espoir sur son visage. Mais il n'osait terminer sa phrase, ayant peur d'une douloureuse désillusion.

- Continue, Chopper, encouragea Franky.

- C'est… Possible que Luffy ait disparu comme nous dans cette obscurité ?

Sa question jeta sur l'équipage une chape d'espoir. Mais la logique reprit vite son droit. Usopp lui répondit d'une voix sans ton.

- Je ne crois pas que ce soit possible. On était dehors nous aussi quand il a disparu. On aurait remarqué un phénomène pareil.

Un silence encore plus profond accueillit cette remarque. Allumant une cigarette et soufflant de la fumée, Sanji posa le doigt sur un problème important.

- Bon, on fait quoi, maintenant ?


Ils ont assez attendu, je pense. Il est temps qu'ils découvrent ce que je leur prépare. Comment vont-ils réagir à ce qui les attend ?


Soudain une voix claire et profonde résonna tout autour d'eux, comme pour répondre à la question de Sanji.

"Humains, vous qui voyagez sans peur sur cette mer maudite, écoutez mes paroles."

Immédiatement sur leur garde, ils se préparèrent à tout mais pas à ce qui suivi.

"Pour vous récompenser de votre courage, je vais vous donner la chance de pouvoir répondre à une question que vous vous posez tous. Mais vous devrez chercher la réponse vous-même. Trouverez-vous cette réponse ?"

Avec un ton moqueur dans sa dernière question, la voix se tut. Tous attendaient la suite, ne sachant pas qui ou quoi avait parlé de cette profonde voix. Chacun était près au combat. Zoro avait ses sabres de sortis, Nami avait assemblé son Climat-Tact, Usopp avait sorti son Kabuto, Sanji était sur le pied de Guerre, Chopper avait une Rumble Ball de prête, Robin était dans une position d'attaque, Franky avait préparé son bras canon et enfin, Brook avait la main sur sa canne, prêt à dégainer.

Franky, n'y tenant plus, prit la parole.

- Oy, t'es toujours là ? On peut la choisir la question ?

Le silence lui répondit. Soudain, un œil géant s'ouvrit sous leur pied. De couleur mordoré, il les avalât, eux et leurs cris.

"Non."


Tout d'abord, ce fut une sensation sous son corps, un frottement doux, celui du sable, qui le réveilla. Tellement habituel qu'il faisait partie de son être. Et puis il capta autre chose. Une odeur, salée elle aussi facilement reconnaissable. Et un bruit. Le bruit des vagues s'échouant doucement sur la plage où il était. Les yeux fermé, il pouvait pourtant sentir sur sa peau une légère brise et la présence du soleil haut dans le ciel.

Alors qu'Usopp reprenait doucement ses esprits, il n'essayait pas de raisonner. Il se sentait léger comme ça, il ne voulait pas réfléchir, à rien. Mais alors que ses capacités humaines reprenaient le dessus, il sursauta et ouvrit les yeux. Il faisait jour ? Et il était sur une plage ? Mais que diable lui est-il arrivé ?

- Tu te réveilles enfin, Usopp.

Reconnaissable entre mille, la voix de Sanji se voulait moqueuse. Usopp tourna la tête vers sa direction. Les cheveux dans le vent, qui ne soulevait toujours pas cette mèche qui faisait, sans en avoir conscience, l'œuvre des paris les plus fous, il avait à la main un bidon en fer. Derrière le cuistot, Usopp put apercevoir un peu plus loin le Sunny qui avait jeté l'ancre dans une crique rocheuse.

- Mais… Où sommes nous donc ?

Sanji haussa les épaules et tendit la main pour l'aider à se relever. Grimaçant, il s'exécuta, et put ainsi voir qu'il n'était pas le seul à avoir perdu connaissance. Chopper et Brook gisaient près de lui eux aussi, jambes et bras écartés, les yeux révulsés (pour Chopper) et la bouche grande ouverte.

- Argh… J'ai mal à la tête…

- Ouais, c'est normal. Viens boire quelque chose au camp.

Tout en parlant, il avait désigné une partie à l'ombre grâce à la forêt qui s'étendait derrière. Il y avait Nami et Zoro autour d'un feu de camp ou reposait une énorme marmite. Ils avaient simplement entouré le feu de pierre et installé des rochers comme siège. Fort de cette constatation, Usopp balbutia :

- Pou-Pourquoi vous ne nous avez pas réveillés ? Pourquoi on est aussi loin de vous.

Relevant son sourcil, Sanji ne répondit pas. Loin ? Ils n'étaient qu'à une dizaine de mètres tout au plus du feu. Il prit une inspiration, reversa sa tête et souffla la fumée en l'air, fermant les yeux. Puis il fixa Usopp.

- On a essayé de vous réveiller mais on avait beau vous secouer dans tout les sens, rien à faire. Nami a proposé de vous balancer dans l'eau, mais comme Chopper et Brook sont des possesseurs de fruit, Robin le lui a déconseillé. Dommage, j'étais déjà près à te balancer, toi.

- Q-QUOI ?

- Et pour le pourquoi on vous à laissé ici, continua Sanji sans relever la question outrée, c'est simple. La rivière débouche ici.

En effet, Usopp le constata en tournant la tête vers sa gauche. Au delà de Brook coulait une source d'eau claire qui finissait sa course dans la mer.

- On pouvait donc vous rafraichir facilement ici. De plus vous êtes à l'ombre, et ici, vous n'étiez pas dans nos pattes quand on préparait le camp.

- Ça fait longtemps que nous sommes comme ça ?

- Non. Nous avons tous repris connaissance petit à petit, ça fait environ un quart d'heure. T'as fini ton interrogatoire ? S'énerva le coq.

- Non, une dernière question, fit Usopp en levant la main. Où sont Franky et Robin ?

- Ils sont allés inspecter les environs.

Alors que Sanji répondait aux questions d'Usopp, Chopper et Brook avaient eux aussi émergé et ils écoutaient en silence le dialogue, qui répondait à la plupart des questions qu'ils se posaient eux-mêmes.

Sanji accompagné des trois autres revint au campement, sans oublier l'eau qu'il était initialement venu chercher. Nami, le regard fixe, réfléchissait. Elle était penchée sur le Log pose qui ne réagissait pas du tout. La prochaine île était celle des hommes-poissons. Ce fait était sûr, car énoncé par Lola, une amie pirate. Mais alors, d'où venait cette île ? Et comment avaient-ils pu accoster ici ? Ils avaient déjà vérifié. Le bateau ne pouvait toujours pas bouger. Comment diable… Zoro quant à lui était adossé à un rocher, ses sabres reposant sur ses épaules, posture typique de veille pour l'épéiste. Qui se changeait généralement en sieste. Mais il n'était pas d'humeur à dormir. Ni à participer à une quelconque discussion. Et nul n'aurait pu deviner à quoi il pouvait penser.

Remarquant que Sanji revenait accompagné par le reste de l'équipage, Nami se redressa et demanda des nouvelles à ses pauvres compagnons.

- Ça va, j'ai l'impression d'avoir trop dormi, c'est tout, répondit Chopper. Et vous alors? Pas de mal ?

- Non, ça va Chopper, lui sourit Nami.

Un pincement au cœur, Sanji remarqua que le sourire de sa dulcinée avait perdu de son éclat. Mais il savait aussi qu'il ne pouvait rien y faire.

Zoro rouvrit les yeux et se redressa. Signal connu comme quoi quelqu'un ou quelque chose arrivait, Nami et Sanji se tournèrent vers la forêt ou ils percevaient à leur tour du bruit. Ils étaient sur leurs gardes sans être pour autant réellement inquiets. Ils pensaient tous savoir ce qui arrivait.

En effet, quelque seconde après ils virent se détacher des ombres de la forêt deux silhouettes facilement identifiables. Robin et Franky étaient de retour de leur inspection. Sanji se précipita au devant de Robin.

- Ah ! Robin-chan ! Tu n'as pas trop eu peur sans protection dans ce lieu inconnu ?

- Comment ça ? J'étais là moi aussi, s'insurgea Franky alors que Robin souriait de l'empressement du cuistot.

- Mais quelle protection peux-tu lui apporter alors que je ne suis pas à ses côtés ? Si jamais quelque chose lui était arrivé, tu ne serais déjà plus de ce monde, Franky.

Ebouriffant ses cheveux avec classe, Sanji semblait tellement sûr de lui que Franky soupira.

- Toi alors, t'es irrécupérable.

- Franky, déclara Sanji, l'air aussi sérieux que possible, tu sais que l'amour que je porte à Robin est un sentiment éternel, et qu'il ne peut être détruit par aucune force.

- Mais oui j'ai compris… Oy, demoiselle ! Il n'y a rien dans les environs.

Franky avait continué à avancer alors que Sanji était au petit soin avec l'archéologue. Cette dernière s'approcha elle aussi de ses amis et s'installa sur un des rochers, entre Nami et Brook. Elle prit la parole à son tour.

- Oui, il n'y a pas grand-chose. C'est un peu tôt pour dire que l'on est sur une île déserte, mais on peut être sur d'être en sécurité ici. Il n'y a que des oiseaux et des espèces de singes. Il y a aussi des petits rongeurs mais aucune trace de grand prédateur.

Nami hocha la tête, signe qu'elle avait compris.

Le silence s'installa alors sur le camp. Le soir tombait rapidement maintenant, et c'était l'heure du dîner. Mais personne n'avait vraiment faim, et surtout pas envie d'affronter cette heure de la journée qui leur rappelait que trop leur ami disparu. Sanji commença quand même à distribuer la nourriture. Le fumet qui se dégageait de la marmite aurait fait fondre n'importe qui. Et tout le monde sur ce bateau connaissait les talents sans égaux de leur cuisinier. Pourtant le repas se passa dans un lourd silence, presque palpable. Chacun dans leur tête, ils revivaient des scènes semblables où Luffy s'étirait pour piquer le plat de quelqu'un.

Où Luffy se faisait piéger par Usopp qui avait agrémenté son plat avec une sauce explosive.

Où c'était Luffy qui piégeait Sanji lui faisant remplir son propre plat plusieurs fois de suite.

Où Nami lui balançait sa droite destructrice dans la tête en lui interdisant de s'étirer. Ordre qu'il respectait pendant cinq secondes, juste le temps d'avaler ce qu'il avait dans la bouche avant de recommencer.

Où Luffy faisait le pitre avec des baguettes dans le nez.

Où Luffy avalait plus de nourriture qu'il n'était possible d'imaginer.

Où le rire de Luffy éclatait à chaque instant.

Où Luffy…


- Merci pour ce repas.

La formule consacrée prononcée, Zoro se détourna pour aller dans sa couchette et se coucha. Sans s'endormir. Les autres ne tardèrent pas à le suivre. Sanji, avec un air désabusé mit les restes dans un plus petit plat et alla le porter dans le frigo du Sunny. C'était la première fois, depuis qu'il était coq sur ce bateau, qu'il y a avait des restes à un repas qu'il préparait. Comme c'était son tour de garde, il prit une couverture et s'installa entre le camp et la forêt. Il alluma une nouvelle cigarette et souffla la fumée dans les airs, en silence. Il observa les étoiles qui éclairaient cette soirée froide. Cette nuit fut très longue pour tout les Mugiwaras. Personne ne s'endormit tout de suite. Chopper, qui s'était absenté avant le dîner leur avait fait avaler avant d'aller se coucher une mystérieuse poudre à tous, sauf à Sanji.

- Pour ne pas rêver, avait-il répondu aux questions muettes.

Et quand le sommeil acceptait enfin de les prendre dans ses bras, ils s'enfonçaient dans une nuit sans rêves, oubliant tout leurs soucis et leurs peines pendant quelques heures.


Le matin venu, ils avaient décidé de parcourir la plage à la recherche d'indice d'une civilisation. Robin avait décrite cette île comme une île estivale en période de printemps, alors ils ne c'étaient pas couvert, emmenant seulement des sacs pour le déjeuner et d'autres pour ramener ce qu'ils pouvaient trouver d'intéressant. Franky ouvrait la marche, et Zoro surveillait leurs arrières.

- Pas question ! C'est Franky devant. Toi tu nous suis et tu la fermes, avait décrétée Nami, une lueur inquiétante dans les yeux.

- Tss… Démon.

Après une "explication" musclée, Zoro accepta de mauvaise grâce le rôle qui lui incombait. Il jugeait qu'il ne pouvait pas se perdre, alors qu'ils longeaient le bord de la plage. Son regard résolument tourné vers la mer, il ne faisait pas attention aux regards que les autres lui lançaient régulièrement, pour s'assurer qu'il suivait bien. Devenu une habitude quand ils se déplaçaient en groupe, cette précaution ne réussit pourtant pas à empêcher Zoro de se retrouver sur un îlot à l'écart. Et il ne put jamais leur expliquer comment il avait réussi à se retrouver là. Sanji, après un haussement d'épaule explicite et une moue désespérée, avait repris ses occupations. Il cherchait, en bon cuisinier, des crustacés et autres aliments de la mer qui pouvaient être comestible. Chopper, accompagné de Brook et d'Usopp cueillait des plantes médicinales et d'autres inconnues. Ils se faisaient peur à chaque fois qu'un oiseau s'envolait, faisant sourire Robin et Nami, pas loin à côté d'eux. Elles observaient la faune et la flore des environs tout en avançant remarquant l'absence de gros animaux comme des sangliers ou des tigres, animaux généralement présents et servant de prédateurs au multiples singes, oiseaux et rongeurs qui pullulait sur cette île. Elles comprirent pourquoi quand derrière elles rugit Zoro.

- Mais c'est quoi ce bordel !

Aux prises avec un singe un peu plus grand que les autres, il se débattait comme un diable alors que le singe criait et s'accrochait aux épaules du bretteur. Remarquant les dents particulièrement pointues du primate, elles comprirent qui jouait le rôle de prédateur dans cette faune. Robin se décida à agir, non pour aider Zoro, mais pour sauver le singe qui ne savait apparemment pas à qui il s'attaquait. Elle fit fleurir un bras sur l'épaule gauche de Zoro et chopa le singe au cou. D'un large mouvement elle l'envoya dans la forêt ou il disparut sans demander son reste, déclenchant une cacophonie de cris apeuré.

- Alors, Marimo, toujours vivant ? Je ne pensais pas que t'étais comestible, sinon je t'aurais fait frire depuis longtemps. Les algues accompagnent bien les plateaux de fruit de mer.

Avec un sourire assassin et un coup d'œil dédaigneux, il acheva sa tirade en soupirant.

- Mais avec un truc pareil dans la sauce, ça aurait gâché tout les plats que j'aurais préparé. Personne n'en aurait jamais mangé, même pas…

Trop tard. Le nom n'avait pas été prononcé mais il flottait entre eux, comme une malédiction. Bizarrement, Zoro ne releva pas l'insulte, ce qui mit Sanji encore plus mal à l'aise. Il s'ébroua et se remit à observer les abords de la mer, mais il était trop déconcentré pour pouvoir réfléchir correctement à ce qu'il voyait. Le silence régnait de nouveau sur le groupe. Mais c'est ce silence qui leur permit d'entendre un bruit. Un son qui les fit s'arrêter, aux aguets, espérant sans trop y croire. Mais le bruit persistait, leur causant un émoi sans nom. Sans se concerter, ils avancèrent vers l'origine de ce bruit. Plus ils avançaient, plus les éclats étaient forts et plus ils accéléraient, pour finir par courir. Le plus rapide et le plus léger, Brook arriva en premier sur le haut d'une dune de sable. Il stoppa net, ainsi que tous les autres.

Luffy était là, accroupi, en face de la mer. Il avait son chapeau de paille dans le dos et les mêmes vêtements que sur le bateau. En train de s'amuser avec un pauvre crabe, hilare. Les bruits si caractéristiques qu'ils avaient tous entendu et tous reconnu, le rire de leur Capitaine.

- C'est quoi ce truc ? C'est peut-être comestible ?

*CLAC*

- OUAILLE ! Saleté de crabe, tu vas voler ! !

D'un large mouvement de l'épaule il balança le crabe loin dans la mer avant de se calmer et de se dire, déçu.

- Flûte, on ne pourra plus le manger maintenant…

Chopper, ne pouvant plus se retenir, fondit de nouveau en larme et se mit à courir vers son ami, accompagné par Usopp, et puis par le reste de la bande.

Luffy, entendant un drôle de bruit se retourna et observa avec de grands yeux ce qui lui arrivait dessus.

Zoro et Sanji furent les premiers à remarquer un comportement bizarre de la part de Luffy. Il s'était levé et s'était mit en position de défense. Une garde pas agressive, et qui aurait pu le faire passer pour un simple type debout, mais elle était facilement identifiable par ses compagnons. De face, il les regardait sans sourire, avec un air plus interrogateur qu'autre chose sur son visage. Enfin, les autres comprirent aussi qu'il se passait quelque chose d'anormal. Ils s'arrêtèrent à quelques mètres de leur ami qui n'avait toujours pas bougé un muscle.

- Luffy ? Demanda Nami. Luffy, tu… Tu vas bien ?

Dans un mélange de bonheur et d'incompréhension, Nami avais posé cette question. Il ne répondit pas, mais ses yeux s'agrandirent. Sentant que quelque chose de mauvais se préparait, Zoro retint son souffle. Luffy prit enfin la parole.

- Comment vous connaissez mon nom ?

Cette question eu l'effet d'une douche glacée pour les Mugiwaras. Sans se rendre compte du froid qu'il jetait, Luffy rajouta :

- On se connait ?

Je vous entends d'ici. Quoi ? Une simple perte de mémoire ? C'est d'un classique. Je suis déçu.

Mais non ! Même si la perte de mémoire est un classique que j'apprécie énormément dans les mangas, je ne vais pas faire un truc aussi simple ! Ce serait mal me connaitre… ^^

À très bientôt pour la suite ! J'espère vous surprendre agréablement!

Pécédent Les liens des Mugiwara Suivant


3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 2013-02-18

Veuillez respecter le travail que nous effectuons à la sueur de notre front :D!

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×