Chapitre 1

Reproches

- Je le jure, un jour, je le tuerai ! Vociféra une énième fois un jeune homme en train d'essorer sa chemise trempée.

De couleur verte, ses cheveux se dressaient sur sa tête. Une tête plutôt effrayante. En ce moment, même le plus vieux loup de mer aurait frémis en voyant cette silhouette tordre sa chemise, et en ayant l'impression qu'il rêvait de tordre autre chose qu'un simple bout de tissu. Son mouvement répétitif faisait danser les trois boucles d'oreilles d'or qu'il portait constamment à l'oreille gauche. Une longue cicatrice courait sur son torse, partant de son épaule gauche jusqu'à sa hanche droite. Bien qu'impressionnante, elle ne semblait pas le gêner dans ses mouvements.

Soudain il fit claquer sa chemise. Elle n'était plus trempée, mais elle n'était pas encore sèche. Peu importait, avec le ciel qu'il y avait, elle allait vite sécher, comme son bandana. En effet, le soleil étincelait en ce début d'après-midi. Presque au zénith, le soleil n'était pas inquiété par les quelques nuages qui n'osaient protéger l'embarcation de ses rayons. Le jeune homme se releva. Il portait un pantalon léger, d'un vert-bouteille profond, presque noir, avec des chaussures de la même couleur, aussi trempé l'un que l'autre. Un haramaki vert lui servait de ceinture. Trois katanas, en ce moment sur le mur extérieur de la cuisine, ornait d'habitude la hanche droite du bretteur.

Il soupira, maugréant toujours des menaces à l'encontre de l'abruti qui l'avait envoyé valsé énergiquement dans l'eau. La journée avait pourtant bien commencé. Mais sur ce bateau la tranquillité était quelque chose d'inexistant.


Sortant de sa cuisine en chantonnant, portant sur son plateau deux cocktails rafraichissants, Sanji chercha des yeux ses deux princesses. D'un blond platine, une mèche éternelle sur son œil gauche, ses cheveux brillaient telle une couronne. Toujours tiré à quatre épingles dans son sublime costume, ce cuisinier se désignait d'ailleurs comme un prince pour ses dames. Et il ne pouvait imaginer qu'elles puissent avoir soif alors qu'il était chargé de les rafraichir. Charge qu'il avait par ailleurs endossée sans qu'aucune demande ne soit faite. Il passa rapidement en revue ce qu'il avait sous les yeux.

Bon, le crétin de marimo était en train de cramer sur le pont supérieur, à côté de la proue. Il espérait que le bateau penche vers le côté tribord pour qu'il soit bien arrosé par une vague. Il en sourit d'avance. Ne voulant s'attarder sur ce spectacle peu ragoutant, il passa à autre chose. À l'ombre de la grande voile brigantine, un grand et baraqué mec en slip discutait avec un type plus maigre qu'un clou et encore plus grand, coiffé d'une coupe afro impressionnante et d'un haut de forme. En s'approchant, on pouvait remarquer que le mec en slip en question possédait aussi des bras de gorilles, tatoués chacun d'une étoile bleue, un triple menton en forme de triangle, et un nez en… métal. La surprise augmenterait encore si on pouvait deviner qu'il avait un réfrigérateur à la place de l'estomac et qu'il cachait une guitare dans son corps robotique on ne sait où… Et on ne veut pas savoir. En effet, Franky était un cyborg qui après être entré en collision avec un train aquatique, avait été obligé pour survivre de changer son corps, et les organes inutilisable. Bizarre ? On n'en est qu'au début. En effet le mec maigre comme un clou n'avait même plus la peau sur les os. Il n'était plus que cela ! Brook, musicien officiel de l'équipage, était un vrai squelette ambulant. Affublé d'une canne violette, amateur de sous vêtement féminin, et pour finir escrimeur talentueux, ce squelette aurait pu sortir tout droit de l'imagination débordante d'un auteur de manga.

Sanji soupira. Ce n'était pas encore ça. Il remonta son regard à bâbord pour rencontrer d'autres bizarreries. Deux jeunes hommes, assis sur le bastingage du Sunny semblaient s'ennuyer ferme alors qu'ils étaient en train de pêcher en compagnie d'un renne au nez bleu qui était à côté d'eux, préparant à l'air libre différentes potions. C'était le médecin de bord. Et il ne fallait pas se fier à son apparence, c'était un merveilleux docteur, un des plus compétents qui existe. Appelé Tony Tony Chopper par le médecin qui l'avait adopté, le premier humain à lui montrer autre chose que de la haine et de la peur, on aurait pu le prendre pour un tanuki. Mais seulement si on voulait subir les foudres de ce petit animal. Petit renne ayant mangé le Hito Hito no Mi, le fruit du démon des humains, il avait acquis intelligence et parole humaine. Et il savait bien s'en servir de son intelligence, bien mieux que les deux andouilles qui s'obstinaient à pêcher. Avec un profil parfaitement identifiable, Usopp, canonnier et sniper à ses heures, toujours menteur, dormait profondément, la bouche ouverte, la tête renversée avec un léger filet de bave coulant sur son T-shirt marron. La grande classe, décidément, ce garçon. Celui qui l'accompagnait possédait un chapeau de paille entouré d'un ruban rouge. Ne le quittant jamais, c'était son plus grand trésor. Une ancienne cicatrice sous l'œil gauche, une chemise légère de couleur rouge, un bermuda bleu et des sandales qui lui servaient d'éternel vêtement. Il semblait méditer sans bouger. Mais le cuisinier de bord, qui le connaissait bien (oh que trop bien !) savait qu'il était en train de pratiquer un art longuement consumé. Il dormait les yeux ouverts.

Sanji secoua la tête avec fatigue. Comment avait-il pu accepter de faire partie de l'équipage de cette andouille ? C'était une question qu'il se posait souvent, car le capitaine de ce navire était bien Luffy, alias Mugiwara No Luffy (Luffy au Chapeau de Paille), qui possédait une prime de 300 millions de Berry sur sa tête et une réputation qui le précédait. Le drapeau, une tête de mort souriant avec un chapeau de paille, correspondait parfaitement au caractère du jeune Capitaine. Ce signe ornait aussi les deux voiles du bateau, le Sunny, un sloop résistant et qui pouvait se dévoiler extrêmement rapide sous la houlette de la navigatrice de bord, Nami.

Nami et Robin ! Elles n'étaient pas là, les seules déesses de ce navire ! Sanji sentit son cœur défaillir en constatant leurs douloureuses absences. Elles étaient peut-être un étage en dessous, dans le bar qui servait d'aquarium ! Il savait qu'elles aimaient cet endroit frais et magnifique.

Alors qu'il allait sauter par-dessus le garde-corps pour atterrir sur le pont inférieur, son oreille capta un bruit de voie féminine. Il comprit alors où étaient ses chères compagnes. Au dessus de lui, bien sur ! Elles devaient bronzer sur ce pont ou elles pouvaient être un peu tranquille et avoir de l'intimité. Tout heureux d'avoir enfin trouvé ce qu'il cherchait, il repartit dans la cuisine pour monter d'un étage.

Deux jeunes femmes, l'une rousse et l'autre brune était effectivement en train de profiter d'une accalmie pour se reposer et profiter du soleil. Maillot de bain deux pièces, crème solaire, lunettes et chapeau, elles étaient prêtes à subir les rayons nocifs, tout en restant sur leur garde, connaissant assez Grand Line pour savoir qu'elles ne savaient rien de cet océan imprévisible. Alors qu'elles discutaient de choses et d'autres, elles entendirent quelqu'un monter de la cuisine. Pensant deviner qui c'était, elles se tournèrent avec un grand sourire vers Sanji.

Ce dernier, accueilli d'une telle manière, ne put empêcher son cœur de bondir, et lui avec, aux pieds de ses dames. Et c'est un genou à terre et sa main droite sur le cœur qu'il leur conta fleurette d'une jolie manière.

- Mesdemoiselles, je me permets de vous proposer ce léger cocktail de fruit sucré et rafraichissant pour que ces dames ne puissent se déshydrater sous cette chaleur torride.

- Merci Sanji-kun, fit Nami avec son plus beau sourire.

- C'est très agréable comme attention, ajouta Robin, souriant elle aussi.

- Si je peux faire quoi que ce soit d'autre pour vous, n'hésitez pas. Je vous appartiens de corps comme de cœur et d'âme…

- Sanji-kun, serait-ce abuser de te demander de nous amener le parasol ? À cette heure de la journée, le soleil est particulièrement chaud.

Le regard un peu suppliant de Nami et son sourire enjôleur envouta notre cuisinier qui s'exclama :

- Aaah ! Nami-san, pour toi je pourrai même aller défier le soleil lui-même pour qu'il te laisse tranquille !

Parti en courant/tourbillonnant, le léger rire de Robin lui échappa.

- Nami, tu lui ferais vraiment faire n'importe quoi à notre pauvre cook.

- Il est très gentil, Sanji-kun, et c'est lui qui s'est proposé. Je ne vois pas pourquoi j'aurais refusé.

Robin se réinstalla sur sa chaise longue sans se départir de son sourire.

Une journée normale sur le navire des Mugiwaras, en somme. Mais comme dit plus haut, la normalité n'a pas cour sur cette océan, et encore moins sur ce bateau.


Le regard vitreux, Luffy fixait l'océan sans le voir. Le cuistot avait bien raison, il dormait les yeux ouverts, un de ses grands talents, en plus de pouvoir s'endormir partout et n'importe quand, don qu'il partageait avec sa famille. C'est pourquoi il ne sentit pas la légère secousse de la canne en bambou que lui avait fabriqué Usopp. Il ne sentit pas la seconde non plus, beaucoup plus forte pourtant. Mais cette dernière avait attiré l'attention de Chopper, qui, relevant les yeux de sa médecine, regarda Luffy en fronçant des sourcils. Il ne saisissait pas pourquoi il ne remontait pas la prise. C'est alors qu'il entendit Usopp ronfler, et il comprit. Il fallait agir, et vite, sinon…

- Luffy ! Cria Chopper. Ferre vite ce poisson ou alors !...

- Mouein ?

Trop tard ! Le poisson, voulant s'échapper, fonça vers le large, emportant le capitaine en même temps ! Ou presque. Grâce à ses réflexes surhumains il avait réussi à coincer ses jambes dans la rambarde, tirant en même temps Usopp de sa torpeur qui tomba la tête la première sur le Sunny.

- Hein, quoi ? Quesquisepasse ? Bredouilla ce dernier.

- Usopp ! Cria Chopper. Luffy a besoin d'aide, il n'arrivera jamais à remonter ce poisson dans cette position.

Agrémentant le tout de geste de panique, Chopper regardait le corps de Luffy balloté par un poisson plutôt bagarreur, tandis que les cris et le rire de leur Capitaine résonnait sur la mer. Comment pouvait-il rire dans une situation pareille, et surtout, comment pouvait-il encore tenir à la rambarde ?

Avec les cris de Chopper et le bruit qu'ils avaient fait, Franky et Brook ne tardèrent pas à montrer le bout de leur nez.

- Même si je n'ai plus de nez, maintenant ! Yohohoho ! ! ! Squelet Joke !

- La ferme, le squelette ! Que se passe-t-il ici, bon sang ?

Mais ils comprirent vite la situation en voyant Luffy, qui ne lâchait toujours pas la canne à pêche, leur hurlant de plus belle de le remonter avec ce poisson.

- C'est peut-être un Roi des mers ! Hurla-t-il, avec des étoiles à la place des yeux et l'eau à la bouche.

Ni une ni deux, Franky saisit les jambes de Luffy, Brook saisit le corps massif du cyborg et Chopper, dans une aide aussi prompte qu'inutile saisit les jambes de Brook pour les aider, même un peu. Usopp, ayant du mal à ce remettre de tout ces bouleversements repris enfin ses esprit. Il se tourna instinctivement vers Zoro.

- Hé Zor…

Sa demande d'aide mourru avant même d'être prononcée. Ce loir dormait encore malgré le raffut qu'il y avait. Il secoua la tête, désespéré. Il sauta sur ses pieds et aida Chopper.

- Chopper, laisse tomber ! Sous cette forme, tu ne nous aides pas ! Prend donc ta forme humaine !

Sous le coup d'une révélation, Chopper lâcha les jambes de Brook et regarda Usopp avec adoration.

- Usopp, t'es génial !

"Normalement, c'est à toi de penser à ça ! "Pensa le canonnier. Mais il se rengorgea tout de même avec fierté. Alors que Chopper changeait de forme, Franky et Brook, arcboutés contre la rambarde s'épuisaient. Soudain ils entendirent la porte de la cuisine s'ouvrir en fracas.

- Ce n'est pas bientôt fini ce raffut ! Mes deux anges sont vraiment indisposés par votre boucan alors qu'elles veulent tranquillement parfaire le dorage de leur teint parfait !

- Elles bronzent, se redressa Brook, en bikini ? Toutes les deux ?

Sanji sourit et rigolât d'une manière perverse alors qu'il se remémorait les deux jeunes femmes sur leur chaise. Une rêverie vite interrompue par la voix sèche de Nami au dessus de sa tête.

- Brook, je t'interdis de penser à des trucs pareils. Autre chose, vous faites quoi, là ?

- Ça ne se voit pas peut-être, demoiselle ? On essaye de remonter ce SUPER abruti de là, parce qu'un poisson a mordu alors qu'il dormait ! D'autres questions, parce qu'on est OCCUPÉS LÀ !

- Quoi, ce n'est que ça, soupira Nami… Sanji-kun, tu pourrais leur donner un coup de main, que l'on finisse ça au plus vite.

- Bien, Nami-san, sourit Sanji.

Mais il n'eu pas le temps de bouger de sa place que le problème se résolu de lui-même. Luffy, étiré un max, était régulièrement arrosé d'eau salée. Ne restant pas en contact longtemps avec l'élément liquide, il n'avait pas le temps de perdre ses forces. Mais ses mains aussi étaient trempées et il avait de plus en plus de mal à tenir le long bout de bambou. Et ce qui devait arriver arriva, il lâcha prise. Le jeune homme cria de dépit en voyant sa prise s'enfuir, emportant la canne à pêche au passage. Mais pas longtemps. En effet, sans le poisson il allait tomber dans la mer, et finir cette fois par être la proie des poissons, et non plus le pêcheur… Son corps commença à tomber dans la mer quand soudain il se sentit attiré par autre chose que la gravité. Il tourna la tête pour regarder derrière et comprit. C'était ses jambes qui, après avoir été grandement étirées, le ramenaient là ou ses compagnons le cramponnaient. Il vit la coque du Sunny se rapprocher dangereusement de lui et voulu vraiment que ses compagnons le ramènent sur le pont.

Le pont.

Le-

*BOUM*

La coque…


Alors que Franky, sans que plus aucune aide ne soit nécessaire, remontait leur capitaine inconscient, c'était la panique à bord.

- Aah ! Luffy ! Un médecin vite !

- Mais c'est toi !...

Usopp, ayant aidé Chopper à reprendre ces esprits grâce à une calotte bien placée, se pencha sur son ami qui n'avait toujours pas reprit conscience. Franky, dos contre la rambarde, maugréa.

- Raah ! Ce Mugiwara alors ! Il ne peut pas éviter de s'endormir dans une position pareille, bon sang !

- Yohoho, ce n'est pas comme si c'était la première fois. Depuis que je suis dans cet équipage, c'est bien la troisième fois qu'un tel événement se produit. Bien qu'une autre fois, c'était Usopp-san qui s'était fait prendre.

- Oui, et ce n'était pas comme avec Luffy, moi je ne peux pas m'étirer, marmonna Usopp. Je suis allé directement dans l'eau.

- Et encore une canne à pêche de perdue ! Moi qui comptais sur vous pour avoir des ingrédients frais pour ce soir…

Sanji s'était approché du groupe.

- Franchement, soupira-t-il, pourquoi a-t-il attendu aussi longtemps avant de lâcher prise ? On n'aurait jamais pu remonter ce poisson de toute manière.

- Aah…

Tout le monde se pencha vers Luffy, qui commençait à émerger.

- Oy, toujours vivant, Luffy ? Interrogea Sanji.

- Mouais, on dirait, grimaça Luffy.

Il y eut un blanc de quelques secondes alors qu'il fermait les yeux pour reprendre ses esprits. Soudain il les rouvrit et se redressa si vite qu'il frappa violemment la tête Usopp, toujours penché sur lui. Ce dernier eu le troisième choc crânien en moins de cinq minutes quand sa tête atterri de nouveau sur le plancher. Il ne se releva pas. Chopper s'écria :

- Usopp !

- C'est vrai, où est le poisson que j'ai pêché ? Vous avez réussi à l'avoir ?

- Tu rêves, Mugiwara, répondit Franky. Que tu ne sois pas tombé à l'eau est déjà pas mal en soi ! On n'aurait jamais pu récupérer ce monstre.

- Ah. Et il a aussi emporté la canne qu'Usopp-san t'avait fabriqué.

- Quoi ! C'est pas vrai, sale poiscaille !

Il se redressa et se mit debout sur la rambarde, alors que Chopper, toujours aux soins d'Usopp, le prévenait.

- Luffy, fait attention s'il te plait.

Mais il n'écoutait pas. Il fixait l'océan et cherchait désespérément un signe du fantastique poisson qu'il avait ferré. Mais aucun signe à part l'écume blanche de la mer. Dépité, il décida de recommencer à pêcher. Il prit la canne à pêche d'Usopp lança son hameçon loin derrière lui avant de ramener brusquement la canne à pêche devant, pour lancer l'appât le plus loin possible.

Zoro était un bretteur hors pair, et même en dormant il était sensible au danger. Capable en une fraction de seconde de découper tout ennemi capable d'oser le déranger pendant sa sieste, il était redoutable. Pourtant, alors qu'il dormait sur le pont en ronflant, il ne ressentit pas le danger imminent de sa position. Il se réveilla en sursaut alors que le mal était déjà fait. Luffy, dans son mouvement de moulinet avait réussi à crocheter la chemise de son épéiste. Ce dernier se sentit partir dans les airs sans pouvoir rien faire. Criant de surprise, il se vit passer au dessus d'un Usopp évanoui, de Chopper en train de le soigner, de Franky et Brook éberlué en le voyant passer, d'un Sanji tout aussi surpris mais amusé et d'un Luffy qui tenait une canne à pêche. Comprenant instantanément qu'il devait son envolée sauvage à son abruti de Capitaine, il hurla, furieux :

- LUFFYYYYYYYY !

Dans un mouvement très gracieux, Zoro s'envola de sa place pour finir loin dans l'océan. Luffy avait depuis toujours la force d'un géant, soulignée de nouveau par la distance que Zoro parcouru avant de se crasher en pleine mer. Une énorme gerbe d'eau jaillit alors que le bretteur prenait contact avec l'eau. Alors que les gouttelettes retombaient dans l'eau, en des milliers de perles de lumières, on entendit le cri d'une mouette qui avait élu domicile sur le Sunny. Personne ne réagissait. Quand soudain, Luffy ponctua son geste par un :

- Oups…


Il avait attendu que sa chemise sèche, ne voulant voir personne et surtout pas "lui", se rappelant des moments vraiment humiliants. Étant groggy à cause du choc avec l'eau, il avait dû être secouru par Franky et Brook grâce au mini Merry. Encore sonné, il avait laissé faire, sentant que s'il ouvrait la bouche, il hurlerait sur son capitaine. Plus il se rapprochait du Sunny, plus il sentait la colère monter en lui. Pourquoi toutes les conneries de Luffy se retournaient contre lui ? Combien de fois avait-il déjà été projeté en l'air ou dans les mers à cause de lui ? Il se posait ces questions, sans vouloir les réponses, en remontant à l'échelle en corde pour revenir sur le bateau avec Brook pendant que Franky rangeait le mini navire. Il fut accueilli par Sanji et un sourire moqueur alors qu'il lui tendait ses katanas. Furieux, il détourna la tête et l'aperçut, lui tournant le dos, en train de se faire remonter les bretelles par Nami, que tout ce chantier avait énervée. À genoux, le dos droit mais la tête rentrée dans les épaules, Luffy avait vraiment l'air d'un gamin pris en faute. Malgré ça, Zoro fut pris d'une envie aussi subite que puissante de l'assommer. Résistant à son impulsion, il arracha ses katanas des mains du coq et se dirigea vers la poupe avec son air le plus meurtrier. Personne n'aurait osé l'arrêter ou le déranger.

Maintenant, tout le monde avait repris ses activités, à quelques différences. Chopper avait arrêté de faire ses potions et écoutait les mensonges d'Usopp avec l'air ravi de gamin découvrant leur cadeau sous le sapin de noël. Luffy, après avoir subit le sermon de Nami, avait interdiction de toucher une canne à pêche pendant une semaine, et avait trouvé refuge à sa place préférée, sur la tête du grand lion du Sunny. Zoro s'apprêtait à descendre pour retourner dormir, cette fois le plus loin possible de son capitaine, alors que Franky ouvrit la porte de la cuisine et l'aperçut.

- Oy, Zoro. Tu veux pas venir en cuisine ? Sanji à préparé de la boisson pour ses dames, et miraculeusement, pour nous aussi.

Zoro hésita et haussa les épaules, se dirigeant finalement vers la cuisine. Il retrouva Nami, Brook, Robin et l'ero-cook et train de discuter. Tous se turent à son arrivé, et Sanji se para de son plus grand sourire.

- Alors, enfin séché ?

Sans répondre, il s'assit sur la banquette, contrôlant son envie de meurtre. Il croisa cependant le regard de Robin, qui sourit en lui disant :

- Il t'en fait voir de toutes les couleurs, n'est-ce pas ?

Se contentant d'un grognement en place de réponse, Robin continua de sourire. Nami soupira et s'adossa contre son siège. Elle avait, tout comme Robin, posé une serviette sur sa taille, pour protéger son intimité des deux lubriques de l'équipage.

- Ce n'est pas la première fois qu'un truc pareil arrive par sa faute. Il est incroyable de gaminerie. On a vraiment du mal à croire qu'il soit aussi fort.

- Ahahah ! C'est vrai qu'avec un capitaine pareil, ce n'est pas facile tout les jours, rigola Franky. Il faut toujours qu'il fasse au moins une connerie par jour. Aujourd'hui c'était ton tour, Zoro. Hier, il a voulu vérifier les dire de Chopper sur les événements qui se produisent quand on met autre chose que du cola dans mon frigo. Je te l'ai calmé moi…

- Il essaye toujours de dévaliser mon frigo quand j'ai le dos tourné. Et je ne compte pas le nombre d'assiettes qu'il aurait brisé si je ne les avais pas rattrapées. Aujourd'hui n'était pas la pire des bêtises qu'il a pu faire, rajouta Sanji, après une légère réflexion.

- Que veux-tu dire par là ?

Sanji observa celui qui avait parlé, toujours affalé sur la banquette. Zoro le fixait lui aussi sans aménité. Les autres, eux, n'osaient bouger, sentant l'explosion proche. Et Sanji se mit à sourire, du sourire réservé au bretteur, rival par principe.

- Qu'une tête d'algue retourne en mer n'est pas si anormal, asséna le cuisinier.

Les quatre autres eurent juste le temps de se reculer pour éviter l'impact. Le frottement d'une lame contre le fourreau se fit entendre et tous ressentirent dans leur corps l'onde du choc entre l'épée de Zoro et le pied de Sanji. Et commença l'habituelle dispute.

- Répètes ça pour voir stupide cuistot !

- Je répète et je maintiens que le marimo est une plante aquatique. Alors tu peux dégager ta sale tronche d'algue de ma vue ou je te prépare à ma manière !

- J'aimerais bien voir ça de la part d'un ero-cook au sourcil raté !

- Qu'est-ce que tu dis ?

Zoro n'eut pas le temps de répondre qu'il se prit un coup magistral sur la tête qui l'envoya sur la table. Sanji reçu le même coup.

- Ça suffit ces disputes incessantes enfin !

Nami avait mit fin à cette énième dispute d'une manière brutale. Elle aussi était énervée, autant contre Luffy que contre les deux andouilles par terre.

- On sait tous, et on l'a toujours su, reprit sèchement Nami. Luffy est un abruti notoire et un complet imbécile. On le savait tous en rentrant dans cet équipage, et ça n'a pas changé. Alors arrêtez de vous comporter vous aussi comme des gamins ou je vous assomme de nouveau, compris ?

Zoro se frotta la tête et ne répondit pas. Il y a des choses qu'il vaut mieux éviter de connaitre, pour sa sécurité.

Cet incident aurait pu se terminer là mais soudain, sans prévenir et sans raison apparente, le navire s'immobilisa en pleine mer. Tous furent secoués par ce soudain arrêt inattendu. Première à reprendre ses esprits, la navigatrice jura. Elle sortit, prête à engueuler ces abrutis, ou l'abruti qui avait encore fait des siennes.

- Luffy ! Qu'est-ce que tu as encore fait ?

Mais contrairement à l'habitude, il n'y eu aucune excuse bafouillée, ou de rire ou de cris. Chopper et Usopp avaient eux aussi été secoués par l'arrêt du bateau, mais en voyant débarquer Nami, ils avaient surtout eu peur pour leur ami. Accrochés l'un à l'autre, ils se posaient eux aussi cette question : Qu'est-ce qu'il avait encore fait ?

Mais seul le silence leur répondit. Pris d'un malaise soudain, Chopper et Usopp se retournèrent du côté où se tenait encore quelque minutes auparavant Luffy. Mais en étant sur le pont inférieur, il ne pouvait pas voir grand-chose de la proue. Prise d'une inspiration subite, Robin, qui était sorti avec tous les autres, décida de vérifier quelque chose. Elle croisa les bras, paume vers le haut et au niveau de ses épaules.

- Ojos* fleur, murmura-telle.

À peine eu-t-elle parlé qu'elle abandonna l'utilisation de son fruit du démon pour prévenir tout le monde.

- Luffy n'est plus sur la proue !

*Ojos signifie yeux en espagnol. Cette attaque de Robin fait pousser des yeux où elle le veut.

 

Alors, que pensez-vous de cette fin ? Intéressante, n'est-ce pas ? ^^

 

Ne vous inquiétez pas, la suite va arriver… Bientôt ! XD

Les liens des Mugiwara Suivre ...

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 2013-02-18

Veuillez respecter le travail que nous effectuons à la sueur de notre front :D!

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site